CATASTROPHE DE LIEVIN LE 27 DECEMBRE 1974



Le 27 décembre 1974, reprenant le travail après la trêve de Noël, une quarantaine d'hommes descendent dans le quartier des Six-Sillons, à plus de 700 mètres de profondeur.

Vers 6h30, un immense coup de grisou; le souffle a tout emporté, ne laissant qu’un amas de décombres et de poussières. La déflagration parcourt des kilomètres de galerie, projetant les corps des mineurs à des centaines de mètres. Les premières victimes sont bientôt retrouvées. D’abord deux, puis dix, puis vingt. Au Lendemain de la catastrophe, la quarante-deuxième victime décèdera de ses blessures. En cette triste période de l’industrie minière, les magasins resteront fermés, les déclarations se succèderont au même titre que les investigations. Les rares chanceux, qui ont survécu, sont consultés pour tenter de comprendre les causes de cette tragédie. Certains parlent d’un air franchement grisouteux, d’autres s’affligent d’un manque réel de contrôles. On ne saura jamais vraiment ce qu’il s’est passé.

Le premier ministre, Jacques Chirac, assistera aux obsèques des victimes le 31 décembre. La catastrophe de Liévin, aura fait 42 morts, 5 blessés et 140 orphelins.


Compilation de diverses sources du web


A LIEVIN, L'HOMMAGE DE VALLS AU MONDE OUVRIER

Manuel Valls a rendu samedi un hommage appuyé au monde ouvrier, qui a contribué à "bâtir la France" et à "faire avancer l'Histoire", lors de la commémoration du 40e anniversaire de la catastrophe minière de Liévin (Pas-de-Calais).
Il y a 40 ans, le 27 décembre 1974, à la reprise du travail après la trêve de Noël, un coup de grisou à 06H30 emporte 42 hommes, descendus à la fosse des Six-Sillons à Liévin. C'est la plus grande catastrophe minière en France d'après-guerre, alors que les charbonnages sont déjà sur le déclin.
Arrivé à Liévin peu après 11H00, le Premier ministre a allumé une flamme en hommage aux victimes, accompagné de Salvator Ranieri, dernier rescapé de la catastrophe. Les noms des 42 victimes ont ensuite été lus, alors que des enfants déposaient sur une estrade les portraits de chaque mineur disparu. Honorer la mémoire des victimes, "c'est aussi accomplir un devoir envers tous les ouvriers des mines qui, durant près de trois siècles, ont fait de la France une grande nation, une grande nation industrielle", a déclaré le Premier ministre qui a déposé une gerbe devant la stèle rendant hommage aux mineurs.

Extrait article de La Voix du Nord du 27 décembre 2014

Le Concepteur du site: Jean Nivoit