JULES MOUSSERON POÈTE ET MINEUR DU NORD (1868-1943)

J'ai fort quièr el français, ch'est l' pu joli langache,
Comm' j'aime el biau vêt'mint qué j' mets dins les honneurs.
Mais j' préfèr' min patois, musiqu' dé m' premier âche,
Qui, chaqu' jour, fait canter chu qu'a busié min cœur.
L' patois s'apprind tout seul, et l' français, à l'école.
L'un vient in liberté, l'autr' s'intass' comme un rôle.

Né en 1868 à Denain, Jules Mousseron est descendu à la mine à l'âge de douze ans où il a travaillé durement, ce qui ne l'a pas empêché de se passionner pour la littérature. Il a dévoré tous les classiques et s'est mis lui-même à écrire, en français d'abord, langue qu'il considérait comme sacrée, puis dans sa langue quotidienne, le patois, ce qui lui a valu très vite renommée et reconnaissance. Jules Mousseron a régulièrement dépeint l'univers de la mine dans ses oeuvres. En dépit du caractère pénible et surtout dangereux du travail au fond, il n'en a relaté que les côtés positifs, comme la solidarité qui existait entre les mineurs ou la joie de vivre.
En un demi-siècle, Jules Mousseron a publié 12 recueils, soit plus de 360 poèmes, chansons et monologues, vendus à 100 000 exemplaires, chiffre impressionnant pour l'époque, et a connu la postérité avec son personnage fétiche : Zeph Cafougnette.

L' VIEUX MINEUR

L'œil éteint, s' vieill' piau tout' jonne,
I n'est point gai, l' vieux mineur !
Eun' fichelle artient s' marronne,
Et cha n'annonc' point l' bonheur.

I démeure avec és fille ;
Ch'est li qui soign' les infants,
Il touille el' soupe éd'sus l' grille,
In bertonnant d' timps en temps.

I s'imbête, et cha l' tracasse,
Il n' peut pus sarcler s' gardin.
Quand el' pauv' vieux i s'abasse,
S' tiête all' tourn' comme un moulin.

Etr' toudis dins s' bac à chintes...
Incor s'il sarot marcher,
Il irot boir' des bonn's pintes !
Mais i pourrot s'écrouler...

I n'oubli' foque és' misère
Qu' quand ses infants sont tertous,
L' soir, à l'intour dé s' kaïère,
Et qui lieu parl' des grisous.

Il a tout vu dins les fosses :
Ses sauv'tag's i sont curieux.
Leus cœurs palpit'nt, les tiots gosses,
In acoutant l' pauver' vieux.

In v'not l' quère à chaqu' minute
Quand arrivot d' z'accidints.
Combin d' cops i-a fait la lutte
Avec l' grisou grign'-dints ?

Il a tell'mint des blessures,
Qu'in n' sarot pus les compter.
Il est couvert ed' coutures,
Pir' qu'un ancien guernadier.

Si cha s'rot parmi l' mitralle
Qui s'arot si bien conduit,
Il arot d' pus d'eun' médalle ;
Mais il s'est battu dins l' nuit.

Va ! consol-té, brav' Batisse :
Les rubans, t' les a d'sus t' piau.
In vot bien qu' t'as du service :
T' carcass', ch'est un vieux drapeau !

Le Concepteur du site: Jean Nivoit